30 Rencontres avec "Le silence"

 


A l’écoute du silence

Accepte de temps en temps

la solitude d’un instant

Plonge en toi

Fais corps avec ce profond silence intérieur

Ecoute cet autre toi

que tu cherches ailleurs

Il est là

dans les profondeurs du silence intérieur


Benjamín ABIALO
___________________________________


Il faut briser le silence

 

Je n`ai plus reçu depuis longtemps

une bonne nouvelle...

Tu te tais soudain au téléphone, troublé par mon insistance.

Pourquoi rien ne va plus?

Tu m`expliques de nouveau,

mais je ne comprends rien.

Je voulais seulement une bonne nouvelle,

comme une lumière chaude et sainte.

Pourquoi tu ne veux pas que tout va bien?

Tu tiens pour toi tout le mal

que tu peux déchaîner contre toi.

 

Lavinia ALEXA

_____________________________________

Le sens du silence

 

Chut... disait la grand-mère, chut...

Le silence s'écoute, le silence s'apprécie.

La bouche se ferme et l'oreille se tend,

à l'affût de ce ruisseau de petits bruits

que l'on ne peut entendre qu'en écoutant.

Bruissement de la brise dans les branches,

Battement d'ailes dans le ciel,

Les sens en éveil, l'enfant se penche

pour découvrir sur le pot de miel

l'abeille légère qui danse,

- fragrances sucrées, couleurs d'été,

délice des sens, parfum d'insouciance -

plonge son doigt dans le nectar ambré.

Voilà le chant des mésanges qui s'aiment,

mêlé aux murmures des anges que le vent sème.

Chut... répétait l’enfant, chut…

 

Charlie ARNANT
_______________________________________

C'est le vent, c'est l'automne et crépite le feu
Un Ryanair décolle, s'agite le bouleau
La souche éclate et tape la pluie sur le carreau...
Pour te parler ce soir, j'attends encore un peu.

 

La mobylette fonce, traverse le hameau
où les gamins se chassent, s'attrapent dans leurs jeux
Si les bûches dialoguent, elles n'emploient pas de mots
Il n'y a pas si longtemps, nous riions tous les deux...

 

Y'a du rap sur la place, j'entends les haut-parleurs
les rythmes et cadences, transes de beaux parleurs
résonnent dans mon corps, dans tes yeux le feu danse.

 

Résonnent dans mon cœur, leurs appels et leurs transes
Assise au coin du feu, j'attends encore un peu
pour te parler ce soir... Et toi, à quoi tu penses ??

 

isabel ASÚNSOLO
____________________________________________


P
orte qui claque -
silence assourdissant
d'un rêve brisé


BIKKO

_______________

Le silence


Ils disent à notre presse : tu es Libre
Ils se vêtent du sombre manteau du geôlier
La presse écrit leurs vols, leurs viols, leurs guerres.
Ils la réduisent au silence : ils la jettent en prison.

Ils disent aux enseignants : vous avez la Parole
Ils nous donnent des auditeurs qui sont nos espions
Nous disons leurs mensonges
Ils nous réduisent au silence : ils nous jettent en prison.

Ils disent leurs exploits, nous voyons leurs folies
Ils disent leurs bontés, nous disons leurs horreurs.
Ils nous accusent, leurs juges nous condamnent
Ils nous réduisent au silence : ils nous jettent en prison.

Et dans nos sombres cachots nous organisons
Le carnaval de la parole silencieuse la parole
Qui germe qui fleurit qui mûrit qui explose
Au cœur du noir silence des murs de la honte.

Paul BITOUK
____________________________________________

Entre           Silence

                Et

                              Silence

                      Il y a

             Ton regard

Qui s’attarde

Marc BONETTO
_______________________

Pour m’enivrer de sons et de milliers de bruits

Sans faiblir, ô Silence, sans cesse je te fuis,

T’accable de soupirs et te hais sans répit,

Et pars virevolter jusqu’aux bords de la nuit.

 

Mais parfois, ô Silence, pour retrouver la vie

Qui palpite sans fin et bruisse sans un cri,

Je pars à ta recherche au tréfonds des déserts,

Dans quelque monastère, au plus profond des mers.

 

Pierre fine au cœur d’une terre bruyante,

Pépite convoitée mais souvent égarée,

Asile pour tous ceux que le vacarme hante,

Avec subtilité tu te laisses trouver.

 

Tu étouffes les bruits non sans grande patience

Et fais taire les ondes avec intermittence,

Tu apaises, ô Silence, ce monde en déshérence

Et tu donnes à la vie du prix par ta présence.  

 

Cathy BOUSQUET
_____________________

L’impossible poème

 

Je dis :  Silence –

et je romps le silence,

Silencieux silence qui ne dit pas son nom.

 

Catherine BUÉ-GEORGE
______________________________


Je ne sais pas dire

Je ne sais qu’écrire

Je parle en silence

J’écris en souffrance

Mes paroles sont vaines

Mon encre sereine

Je reste muet

Je note versets

Mots je ne dis

Mais mots j’écris

Ma voix s’est éteinte

Ma plume en contrainte

Ma langue se taire

Ma main se distraire

Jamais plus ne parl’

Et trace l’oral

Mon discours est mort

Ma page mon sort

Je reste sans voix

Mon stylo est roi !

 

Michel CAILLEAU
______________________

Seul en forêt
entre silence et bruit
chacun s'écoutant

 

André CAYREL
________________

Paroles muettes

 

En écoutant, rêveur, le silence de l’ombre

J’ai entendu sa voix trahir son voile sombre.

 

En écoutant, pensif, le silence des mers

J’ai entendu le cri de l’onde des enfers.

 

En écoutant, meurtri, le silence céleste

J’ai entendu le feu chanter un air funeste.

 

En écoutant, muet, le silence secret

J’ai entendu l’amour hurler quelque regret.

 

En écoutant pleurer la planète où nous sommes

Je suis devenu sourd comme le sont les Hommes !

 

Ludovic CHAPTAL
_______________________________________


Le silence                      

                                                            

Féroce conquérant, le bruit nargue le monde,

Repoussant la douceur en des pays lointains;

Sa présence agressive ébranle les matins

Et déchire les nuits à des lieues à la ronde.

 

Pourtant l'herbe des prés, l'oiseau qui se balance,

Dans leur simple beauté ignorent les clameurs;

Le ruisseau lumineux glisse comme rumeur:

L'univers bien souvent s'habille de silence.

 

Les arbres ne crient pas quand s'annoncent les fruits;

Ne gémit pas la branche où les feuilles renaissent;

Se taisent les bourgeons quand les fleurs apparaissent:

Ce qui se fait de beau se prépare sans bruit.

 

Le silence compose un opéra discret

Qui laisse à découvrir l'abeille dans sa course,

La mélodie du vent, le murmure des sources;

Où la nature enfin livre quelques secrets.

 

Roger CHEVALIER
______________________________________________


Instant silence

 

Chambre quatre cent seize, tranquille, enfin

Au pied du lit deux chaises où attendre la fin

 

Sans idée du visage qu’elle aura

 

Calme étrange et saisissant

Où s’échangent d’insouciants

Chuchotements

 

Imperceptiblement l’atmosphère se concentre

En la puissante épaisseur de l’instant

 

Secondes figées, le silence se tait

Sous l’immensité convoquée là

 

Un frêle courant d’air

Se coule et cueille

Ton souffle d’éther

 

La Vie se rassemble et s’en va

 

Sur le lit de la chambre quatre cent seize

Nous reste le manteau de toi

 

Viviane COGNÉ
______________________________________

La langue des signes

 

L'enfant n'entend pas le chant des mots

 

Mais de ses mains qui dansent

Il défait les mailles du silence

 

L'enfant n'entend pas le chant de l'eau

 

Mais de ses mains qui dansent

Il  jette au loin le filet du silence

 

L'enfant n'entend pas le chant des oiseaux

 

Mais de ses mains qui dansent

Il efface les empreintes du silence

 

L'enfant n'entend pas le chant des roseaux

 

Mais de ses mains qui dansent

Il tisse le tulle azuré de l'espérance.

 

Claire-Lise COUX
___________________________________

Est-ce un hasard si
le silence se glisse
là où se trouve aussi la poésie

 entre les battements de notre cœur?

 

Eric DAHAN
___________________________

Nos joies carillonnent –

Entre ses murs de silence,

il dort sur un banc

 

Annick DANDEVILLE
______________________

Un homme vint, qui leur parla sans avoir su

qu’on leur avait imposé le silence.

Et comme tous l’écoutèrent sans mot dire,

il se persuada que son discours avait de l’intérêt.

Alors il avança des inepties, des fadaises,

Des mots comme jamais il n’en avait osés.

Quand enfin il se tut, son silence étonné

s’ajouta, insidieux et séparé, à l’autre,

Comme une taxe sur un prix d’or.

 

Pierre DAUCHIN

_______________________________________


Chut …

 

Les ombres tourbillonnent

s’enroulent sur elles-mêmes

au ciel qui se griffonne

au soleil, en bohème,

Les allées du cimetière

s'alourdissent à la nuit

et s'envolent les prières

entre les parapluies,

Le pas lourd du silence

ruisselle sur les visages

Les feuilles mortes dansent

liant le temps, les âges,

Chut,

Chut,

    Chut

 

Sandrine DAVIN
_________________________

Le silence

 

Je suis le silence mais je prends la parole,

Dès lors j’accuse ces gens bruyants et frivoles

Qui sans pitié me percent, me brisent, me violent.

 

Je suis le silence mais je ne puis plus me taire

Quand j’entends vos voitures, vos bulldozers

Qui ont fait de ce monde harmonieux un enfer.

 

Je suis le silence mais je vais disparaître

Car le bruit mon vil ennemi m’a pris en traître.

Par vous, ses valets, sur terre, il règne en maître.

 

Je fus le silence, malheur je ne suis plus.

Adieu tranquillité, repos, je vous salue.

Adieu méditations, prières, tout est perdu.

 

Augustin de La Roche

_____________________________________________

Il y a des silences

 

Il y a des silences profonds comme des abîmes             

et des silences dont l’ivresse vous emporte

vers les plus hautes cimes

 

Il y a des silences plus lourds que les ciels d’orage

et des silences où l’on entend les cœurs

battre à l’unisson

 

Il y a des silences peuplés de cauchemars

et des silences où l’on navigue

entre rêve et poésie

 

Il y a des silences au goût de trahison

et des silences où la moindre parole

briserait l’harmonie

 

Il y a entre toi et moi en forme de clin d’œil

un silence tendre et complice

où se dessinent peu à peu

les contours du bonheur

 

Jacques DÉcrÉau
___________________________________________

Éclairant son ombre
la lune dissipe
le silence

 

Hélène DUC
________________

Bruit ou silence ?

 

J’ai vécu des années dans une grande ville

De toute part cerné par le bruit des moteurs

Des signaux de pompiers et des marteaux-piqueurs

Créant autour de moi une ambiance hostile

 

Aussi en retrouvant de ma maison l’asile

Je ne supportais pas ni musique ni heurt

Et pour sauvegarder du calme la rigueur,

J’obligeais mes enfants à se tenir tranquilles

 

A présent, je vis seul dans cet appartement

Et l’absence de bruit y règne tellement

Qu’une angoisse m’étreint d’entendre ce silence

 

Alors, pour retrouver un fond de vie palpable

Et pour ne plus souffrir d’un vide insupportable

J’allume la radio très fort, en permanence

 

Lucien DURAND
___________________________________________


La ville du paisible silence

 

La bicyclette me mène comme le vent

Vers le point de fuite

Vers la maison de la sérénité

A travers les bois par-delà les ruisseaux

Hors de la petite ville un lundi matin

 

Dans le silence j’entends

Cà et là

Un chant d’oiseau

Une brise entre deux nuages

 

Les feuilles des arbres et une douce lumière blanche

Sont entrelacées et semblent cacher des mots secrets

J’ai oublié ma ville natale

Je veux habiter seulement

La ville du paisible silence.

 

Suzanne EL LACKANY
____________________________________________

Le silence

 

«              ,               ;

       .                               .

              ,            ,            !

                  ,                   . »

 

«      !     !     !     ,     !     !

                 ,                         .

                      ,                  .

                  ;           .            . »

 

«               ,                            .

                    ,                       . »

 

J’aime quand tu es près de moi

Quand on ne dit rien et tout à la fois

 

Florence FERRI
_____________________________

Silence

 
Nuit,
les ombres des arbres
se retournent au dernier regard du soleil

qui fuit
et s'évanouissent en nuages gris..
 
Le paysage
lourd de sommeil
s'enfonce  dans le sol noir
refermant comme un livre du soir
les végétaux gorgés de lumière
assagie...
 
Dans un air improvisé,
En chaussons de lune,
sur sa couverture brune
le silence danse,

libéré.

 

Claudine FLAMENT

___________________________________

Rompre enfin le silence

 

Hier au soir encore il a été violent.

Elle a peur, elle a mal, elle est tout en souffrance.

Qui peut comprendre ça ? Qui peut l’aider vraiment ?

Elle se sent tellement mal qu’elle garde le silence.

 

Hier au soir encore elle n’a pu se défendre.

Il a crié tapé poussé secoué cogné,

Elle a hurlé aussi mais personne pour entendre…

Elle est sa prisonnière quand la porte est fermée.

 

Il l’aimait paraît-il, mais tout a bien changé.

Maintenant il prend goût à la voir en souffrance.

Elle a mal, elle a peur, elle ne peut plus penser.

Elle subit, elle se brise, mais garde le silence.

 

Jusqu’au jour où peut-être, elle pourra en parler,

Raconter la violence, raconter la terreur,

Rompre enfin le silence pour ne pas s’écrouler,

Pour espérer enfin un avenir meilleur !

 

Anne FOURNIER
_________________________________________

En silence passer

comme savent passer les ombres

-  ou les nuages -

Nicole GREMION

____________________________

Le silence dehors, le silence dedans

 

Le temps s’est arrêté sur un livre d’images

Un moment écorné en absence de vie

Les lunettes posées gardent encore la page

Du dernier souvenir qui prépare la nuit.

 

Le souffle du matin qui n’a plus rien à dire

Retient le clair-obscur d’un instant silencieux

Et la bougie se meurt dans ses larmes de cire

En attendant en vain un renouveau précieux.

 

C’est un coin de regret, un moment de douleur,

C’est le vide pesant d’un regard effacé,

Pourtant sur le parquet gît comme abandonnée

Une clé qui délivre et relance les heures.

 

Le temps s’est arrêté sur la dernière page

Espérant que la main animée de douceur

Reprenne la lecture du tout dernier passage

Les aiguilles filant au rythme de son cœur.

 

Catherine HIRZEL

___________________________________________


L
e silence de minuit –

j’écoute comme traversent les vitres

les rayons de lune

 

Letitzia Lucia IUBU
___________________

Silence …

 

Parfois il me parle,

sur les pétales caressés par le vent,

à l’ombre oubliée d’un sourire.

 

Il illumine et accompagne ton regard

jusqu’à la surface des eaux qui voyagent,

à la rencontre des rochers marcheurs

venus de la mer.

 

Il s’en souvient et te porte

dans les trajets aériens de la musique,

les espaces du cri,

jamais sur la morsure du temps.

 

Il est silence,

aux noces des mots,

et lui seul sait rendre muettes

les paroles qui sont miennes.

 

Regarde-le, écoute-le.

Il se fait oublier déjà.

 

Dib KENZY

____________________________

La nuit m’enveloppe

dans l’ample voile bleuté

du silence. Pause.

 

Loin de la fureur assourdissante des jours, de la pollution sonore, de l’agitation des villes,
des paroles obligées, des voix intérieures obsédantes, des cris

pour tromper la solitude et l’ennui,

tout mon être en éveil se tend pour saisir le souffle des heures propices

qui m’entraîne vers mon trésor intime.

 

Alors se révèle une musique presque imperceptible :

le doux murmure du vent ainsi qu’une caresse

le bruissement des ailes soyeuses d’un oiseau

les chants ou les appels indéterminés des peuples nocturnes

le clapotis de l’eau déchirée par les poissons en quête de nourriture

le doux frou-frou des étoiles dans un petit chiffon d’azur bleu comme a dit le poète.

 

Le silence s’apprivoise... Ecoutons sa subtile harmonie emplie d’espérance

pour taire nos peurs.

 

 Denise Lajournade-BERNHARD
______________________________________________________________

Le silence du chat

 

Même le chat

L’ami, le compagnon des poètes maudits

… Il miaule !!!
 

William LAURENT
_________________________________

Silences

 

Silence duveteux de la neige, tracé de pattes d'oiseaux

Silence hypnotique de la brume, voiles affaissées,

odeur ailée de la mer, le temps reste suspendu à l'âme,

Silence lourd de la montée de l'orage

Fulgurance de l'éclair au creux noir des nuages

Silence mystique de la chapelle, encens et vitraux,

recueillement

Silence apeuré des galets bleus à marée basse

Silence léthargique, les volets fermés,

Silence cruel à la demande de pardon

Silence doré des dunes brûlantes

exhalant des ondulations serpentines

Silence de la rosée du petit matin,

vibrant de toiles arachnéennes emperlées

Silence intense de plénitude, joie rayonnante

 

Claude LIOUX
____________________________________________


Plein chant

 

Plein chant :

Un parasol d’oiseaux

me protège du silence

 

Liska
________________

Le silence

 

Quand on observe le silence

On voit le monde en parfaite transparence

On ne voit que l'essentiel de ce qui est à connaître

Voire ce qu'on doit être

 

Quand on observe le silence

On est dans l'universel espace

La où on touche les couches profondes de l'invisible

Pour quitter le sensible vers l'intelligible

 

Quand on observe le silence

On  y voit bien le fond des choses comme essence

Car dans le silence, on n’entend que l'essentiel

 

Bocar Abdoulaye N'DIAYE
_________________________________________________


a
dieu
ne m'écoute pas
je suis le silence
la valise à la main
j'attends sur le quai
sur le quai de la vie
comment construire
avec les mains pleines
ne m'écoute pas
le temps s'écoule
le quai est rude
le silence aussi ...

Rosemay NIVARD
___________________

 

Ça va ?

 

Derrière le sourire figé de l’autre

Ne voyant pas son désespoir

Chacun cachant à l’un, à l’autre

La douleur de ses nuits noires

 

Bonjour ça va, oui ça va

Des mots banals échangés

Bonjour ça va, oui ça va

Surtout n’pas dire quand ça va pas

 

Derrière toutes ses mains serrées

Tous faisant bonne figure

Pansant chacun son âme blessée

Et ne montrer aucune fêlure

 

Derrière les regards inachevés

Voir le faux et pas le vrai

Chacun passant tout à côté

Du frère blessé, de l’être aimé.

 

Dominique POTHIN (Le Yab)

 

(Le yab est le nom donné aux petits agriculteurs de « race » blanche à l’Ile de la Réunion)
________________________________________________

Pluie de silence
sur lignes blanches
J'écris

 

Khun SAN
______________

Persévérance

La feuille se détachant de l’arbre m’a brisé

mais je suis plus éloquent que l’automne

 

Le chuchotement des amoureux m’a troublé

mais je suis plus résistant que l’amour

 

Le tonnerre m’a interrompu

mais je suis plus puissant que la foudre

 

Le roulis des vagues ne me laisse jamais en paix

mais je suis plus vaste que l’océan

 

Je suis la langue de l’univers

qu’aucun Babel ne peut abattre

 

parlée par les planètes

articulée par les étoiles

 

Je suis le silence.

 

Diana SI
______________________________________

Un TGV file

laissant derrière lui

l'écho du silence

 

Keith A. SIMMONDS
_________________


Far West

 

Ecume de poussière à l'horizon,

Clameur montante de la horde sauvage,

Ruades, débandade de bisons,

Sabots frémissants de rage,

Fureur haletante des lassos,

Algarades, cascade de jurons...

Les Cow-Boys envahissent le plateau !

Tout le monde en place, attention !

Silence, on tourne !

 

Joëlle TEULAT
____________________________________


Silence !

 

Comme patins feutrés sur un parquet ciré,

                         Silence !

Comme les pas prudents d’un visiteur nocturne,

                         Silence !

Comme glace qui fond au soleil de midi,

                         Silence !

Comme un papillon fou qui butine une rose,

                         Silence !

Comme des pétales qui tombent d’un bouquet,

                         Silence !

Comme un lecteur sage sous la lampe d’hiver,

                         Silence !

Comme un tendre secret qu’on garde au fond du cœur,

                         Silence !

 

Et comme un qui se tait, n’ayant plus rien à dire,

                         Silence !

 

Michel TOYER
____________________________________

L'étude du silence

 

la nuit j'étudie le silence

il n'est jamais le même

il varie d'une nuit à l'autre

d'une saison à l'autre

 

les silences de l'hiver accompagnent

la cadence lente des vies retenues

 

ceux de l'été boivent aux fontaines de l'amour

et se nourrissent de l'attente

 

ceux de l'automne plient dans la cambrure

des arbres où les fruits ont mûri

 

ceux du printemps ont le frémissement des bourgeons

et le rouge aux joues des enfants

 

la nuit j'étudie le silence

je le retiens jusqu'au poème

qui naîtra avant l'aube

dans un cri de lumière

 

Françoise URBAN-MENNINGER
_____________________________________________

Silence qui blesse l'absence

d'une présence ou d'une conscience

 

J'ai longtemps brûlé les mots

un à un sur le flambeau

 

J'écoute le bruit du rien

d'un tout mais pas du mien

 

J'ai dessiné ton contour

d'un geste noble et sourd

 

J'ai hurlé ta déraison

mille fois creusé au sillon

 

Silence, chut... ne dis plus rien

Laisse la sonorité glaner au loin

 

Nathalie WITEK
_____________________________

Le silence de zen

 

Il est assis sur un coussin,

dans le silence frais du matin,

le corps posé en évidence,

l’esprit ouvert en résistance.

Le maître a fait vibrer la cloche,

Pas un sourire, rien qui accroche,

ce souffle qui sort des poitrines,

On l'imagine, on le devine,

le silence a ouvert ses ailes,

et le mur blanc est l'une d'elles

qui enveloppe et qui soumet,

les pensées qui passent en secret.

Des heures lourdes, conscientes et pures,

une longue plongée, une aventure,

dans le silence ouaté du zen,

même le silence est phénomène.

 

Youssef ZERININI
_________________________________



Pour commander cliquer ICI


email : info@lesadex.com