_________________________

30 Rencontres avec "Le mot "

 

Les mots sont comme les oiseaux

 

Tendres, maladroits ou amoraux,

Les mots sont comme les oiseaux,

Ils n'aiment pas vivre en cage.

Seul, l'amour peut les retenir en otage,

Etoiles filantes au ciel de la pensée,

Leur quintessence traverse l'univers,

Telles des vaguelettes tentaculaires.

Si parfois ils sèment la terreur,

Ils savent aussi être salvateurs.

Il faut souvent se méfier des mots,

Ne pas toujours les prendre au mot.

Les découvrir, se laisser emporter,

Les assembler, les poétiser, les chanter,

Et pour que vivent les mots,

vive le mot...

 

Michelle BEAUDEQUIN

___________________________________

Vive le mot !

 

Tantôt murmure pour endormir son enfant,

Tantôt chahut dans la chambre des grands.

Autrefois distingué, en langage soutenu,

Aujourd'hui, moins parfait, sans cesse il évolue,

Le mot n'est pas que dans les dictionnaires.

A grands coups de SMS, le voilà qui prend l'air.

L'entends-tu dans la bouche de nos adolescents?

Il s'est enrichi d'argot et même de mots gitans.

Et si tu écoutes, dans la bouche de nos anciens,

Il roule les R et le patois revient.

Si l'âge ou l'alcool embrume ton cerveau

De tous ces mots appris, tu en inventes de nouveaux.

 

Il s'est ensoleillé ce mot multiculture!

Tu peux alors l'écrire sans aucune rature.

 

Ecris le mot et crie le mot. Vive le mot!

 

Hélène BELTRAN-GACHASSIN
_________________________________________

  À LA CRAIE

 

   Sur le tableau en bois, noël du petit frère,

Pour savoir nos leçons du cours élémentaire,

Nous récrivions nos mots, notre vocabulaire.

Grands, chacun y traçait son message éphémère.

 

Michel travaillait tard, il était cuisinier.

En rentrant il notait, réflexe routinier,

À quelle heure il fallait surtout le réveiller.

Maman, tous les matins, devait s’égosiller.

 

Michel étant de ceux que le sort tarabuste

Fut victime à Vierzy du long tunnel vétuste.

Maman, jusqu’à ce que le temps le désincruste

Relut  souvent son mot :˝départ, vingt heures juste˝.

 

 

Catastrophe ferroviaire de Vierzy 16 juin 1972

 

Pierre BERNARD

______________________________________________


LES MOTS

J’irai  chercher les mots dans les flocons d’écume

Dans les rais du soleil au travers de la brume

Au cœur de l’arc en ciel pour qu’ils prennent couleurs

Aux jardins de Monet pour les broder de fleurs.

 

J’irai  voler les mots aux ruches des abeilles

Ils seront imprégnés de  la douceur du miel

J’irai prendre au courant d’un ruisseau d’onde pure

Le  tremblement de l’eau sur la pierre, les murmures.

 

Je confierai les mots aux tièdes alizés

Qui les emporteront en nuages bleutés,

Ils vous révèleront mon désir d’infini.

 

J’ai l’espoir que les mots troubleront votre cœur

Que  vos mots en retour voudront pour mon bonheur

Allumer un soleil au milieu de ma nuit. 

Christian BLED
______________________________________________________

Partage

 

Des mots, j'en ai laissés partout,

sur les pages de mes cahiers d'écolier

sur les feuilles déchirées de mes amours déçues

dans le fourre-tout de mes folles idées.

Des mots de tous les jours

qui ne riment pas tous avec toujours

 

Vive le mot qui allume toutes les bougies du ciel

 

Je vis dans un monde aveugle et sourd

J'écris adossée au manège des incertitudes

et si ce mot ne s'écrit plus, ne se prononce plus

si ce mot devient l'inconnu

le plus incompris des dictionnaires

alors ce mot "PARTAGE" n'a plus de sens

 

Vive le mot qui allume toutes les bougies du ciel

 

Renée BORON

_________________________________________

 

Mise au point sur les i

 

Si tu le veux ! Faisons le point

Pour mettre les points sur les i

Et ne délaissons aucun point

Bien qu’à l’amour il n’est point d’i.

 

Les sentiments prennent leur point,

Leur point d’honneur digne sur l’i,

Pour toi, pour moi, chacun son point

Et l’on se coiffe de notre i,

Nous sommes quittes sur le point,

Restons ensemble dans le lit.

 

Du premier point au dernier point

Nous chercherons toujours les i,

Je t’aime porte un joli point,

Toute l’histoire compte deux i,

Vivons si la nôtre est au point

Avec trois points sur l’infini …

 

Ludovic CHAPTAL

___________________________

MO  NOLOGUE

 

 

J'aime follement les mots:

 

Les beaux mots et les mots laids,

Les bons mots ou les mauvais,

Mots anciens, figés, momies,

Les modernes pleins de vie,

Les moroses, les mots gais,

Mots qui chantent: les motets,
Les grands mots, les modestes,

Les coquins, moqueurs, mots lestes,

Les doux mots: les exquis mots,

Modulés pianissimo,

Mots croisés, mots emmêlés,

Emotion, mots envolés...

 

Mot de la fin,  dernier mot.

 

Serge COUTAREL
_______________________

Lever l'encre

J'ai pris la plume et levé l'encre

Ouvert un dictionnaire de rimes

Il y avait des rimes excitantes

J'en suis resté épanoui

Il y avait enclume et silence

Il y avait Tom Pouce et Lili

J'ai pris la plume et levé l'encre

Et puis, je suis parti...

 

Depuis j'navigue sous l'pavillon de la poésie

Avec des mots, je fais des stances

Des bouts rimés et des folies

Dans ma tête, y'a les mots qui dansent

Ils font des soirées entre amis

Entre gens sans importance

Mais tout ce qu'ils disent, je l'écris...

 

Eric DAHAN

 
_____________________


Mot à mot

 

Les lignes du cahier

N’attendent que lui

Mais où est-il,

Il se fait attendre.

Coincé entre le crayon

Et la feuille

Il va se faire prendre.

Le mot s’efface

Le mot se lasse

Il trépasse.

Les lignes sont

Noircies :

Mot à mot …

 

Sandrine DAVIN
________________________________

Encore un mot?

 

 Sa lente agonie lui fut fatale,

le mot est mort!

 

A force d'être rapiécé en texto,

pressurisé en tablette,

ratatiné en mot de passe,

il se dissout en un code barre

au poignet des nouveaux nés.

 

Mais au milieu de nulle part

au cœur d'une rose dans le désert,

choyée par une poignée d'irréductibles poètes,

une virgule de pétale devient l'art visionnaire

de belles lettres écarlates.

 

Le mot nouveau est né!

Vive le mot!

 

Nathalie DHÉNIN
_____________________________________


Vive le mot   !

 

    Vive le mot

De toi à moi,

De vous à nous,

Des mots doux, des gros mots,

Partout, depuis le premier cri

Au dernier souffle.

Faim de lire ou d’écrire,

Des mots démodés,

Des mots, acides, sucrés, acidulés,

Sur le bout de la langue,

Moderne, ancienne, morte.

Les maux de la faim ?

Silence !

Ecris, lis, les non-dits…

Pour que les mots leur survivent…

 

Charles DUNAJEWSKI
__________________________________

PIROUETTE

 

Cadavres exquis

pliés ou dépliés

Papiers en escalier

dédicacés

Volière de paroles silencieuses

accordez-moi les mots…

de la chute.

 

Marie-Noëlle HÔPITAL
______________________________

Mots mystÈres

 

 Dits ou écrits que l'on tisse,

Absents que l'on esquisse,

Les mots sont aventures.

 

En liberté l'on se glisse

Dans les larges interstices

Que laissent leurs fissures.

 

Et dans chaque citadelle,

Une langue nouvelle,

De solitaires sculptures.

 

Quelle part d'invention?

De symphonique raison?

Liberté? Dictature?

 

Un mot n'a-t-il donc

Qu'un seul horizon

Ou mille signatures?

 

Sophie JOB
_______________________

Il y a toujours un mot à dire

Et quelque chose à lire

Pour rire comme pour se taire

Il y a des mots pour les maux

Qui ne guériraient point

Pour le début et pour la fin

Ce qui se passe de ponctuation

Jamais ils ne tournent rond

Ils foncent toujours droit devant

Sauf si on leur demande gentiment

Ils n'obéiront pas forcément

Toujours brefs et lancinants

Toujours libres et en prison

Toujours d'accord et en contradiction

 

Louis LEFEBVRE
_____________________________


Y'a des tas d'mots

 

Y'a des mots, des tas d'mots

Des p'tits mots, des gros mots

Des exquis-mots, des animots

Des lacrymots pas anormots

 

Y'a des mots, des tas d'mots

Des bons mots en promots

Quelques marmots altissimots

Et des plumotsbravissimots

 

Y'a des mots, des tas d'mots

Des demi-mots en grumots

Quelques chamotsfortissimots

Ou chalumotspianissimots

 

Y'a des mots, des tas d'mots…

 

Luc LEWANDOWSKI

____________________

    Le mot

 

Mot, ne m'oublie pas!

Je te jette devant moi comme une pierre précieuse.

Je te jette devant moi et tu éclaires mes pas.

Emmène-moi par ces monts et merveilles

Où les langues se confondent, où les hommes se comprennent.

Grave-toi dans ma mémoire, pose-toi sur ma bouche.

Sauve-moi de l'ombre, du froid, de l'eau profonde.

Brille, jaillis

Pour une fleur qui me touche, un regard qui me trouble.

Je te cherche, je t'appelle, je t'espère

Sur la pierre, dans un livre, un feu de joie.

O mot qui renferme mon cœur et tout ce qui palpite

Tant que mon souffle existe.

Tant qu'il faudra des poètes pour nous parler d'amour,

Mot, ne m'oublie pas!


Agnès MARIN

 

________________________________________________________

 

 

 

Tous les mots de la terre

J'ai enfermé, dans un sonnet, tous les mots de la terre, afin de le dompter.

J'ai fait claquer mon grand fouet, pour les dresser, pour les mater.

Mais, les mots réfractaires, ne voulaient pas se laisser faire.

Les verbes ne cessaient de bavarder. Les adjectifs se bousculaient.

Les voyelles étaient rebelles et les consonnes se révoltaient.

Comme des enfants turbulents, ils ont joué à saute-mouton,

A cache-cache, à la marelle, puis ont formé une ribambelle.

 

Désespérée, j’ai supplié : " s'il vous plaît, voulez-vous m’écouter !...

Tous les mots, en long cortège, sont venus s’aligner.

Libérées du sonnet, les consonnes ont rejoint les voyelles.

Les verbes se sont conjugués et les adjectifs, rétifs, se sont laissé apprivoiser.

 

Lorsque tout fut apaisé, surprise, j’ai lu, gravé sur le sol,

Un magnifique poème qui parlait d'amour et d’amitié.

 

Aujourd’hui je sais que, les mots jamais on ne les dompte.

Ce sont eux, en vérité, qui nous mènent par le bout du nez...

 

Maryse MATHON

__________________________________________________

 

C’est moi, le mot

On me prononce par la pensée,

Je rends le silence audible.

On m’appose sur un papier

Et l’écriture devient perceptible.

Il arrive parfois, que l'on ne me trouve pas.

Dans la souffrance, face à l'impuissance.

Les écrivains me retrouvent au bout de leur plume,

Certains par amour, d'autres par amertume.

C’est moi, le mot.

On fait de moi des jeux mêlés, croisés, fléchés,

Que je sois au pluriel ou bien au singulier,

Qu’importe, du moment que l’on me fait exister.

Je suis comme le vent, l’air, le courant.

Vive moi, vive le mot,

C’est moi, le mot.

 

Elodie MIQUEL

________________________________________

 

Tous ces mots

 

Nous disons beaucoup, sans dire tout

Nous disons la vérité, pas toute la vérité

Nos rires portent de fausses notes

 

Mais il reste tous ces mots que l’on ne dit pas

 

Et il y a trop de tous ces mots qu’on dit

sans trop y croire, sans vraiment les penser

qui restent en travers de nos consciences

 

Il faut les dire tous ces mots qu’on ne dit pas

ou qu’on n’ose pas dire, parce qu’ils font peur

ou qu’on ne peut dire parce qu’ils font mal

 

Il faut les dire, nos angoisses et nos peurs

dire nos incertitudes, nos peines et nos blessures

 

Il faut les dire mais doucement

comme la plume se pose sur l’eau, chut !!

Écoute, chut… écoute le vent…

 
Hamit OGOLEH

_______________________________________

 

 

cours, crie, vole, danse

dans les pages du conte -

Prince fait de mots

 

Christiane OURLIAC

___________________________

 

Les mots

 

Quels mots défaits sont répandus

dessus les pages  éperdues?

Que sont les écrits devenus

aux bûchers des livres exclus?

 

Où vont les mots à peine dits,

ceux qui glissent à midi

à la chaleur d’émois naissants

quand la sueur rend indécent?

 

Et les doux mots de la Prière:

à quelle eau de quelle rivière

vont-ils voguer vers l'horizon

pour magnifier leur floraison?

 

L'un après l'autre, en plusieurs vers,

le poète les discipline,

et l'ouvrage s'illumine...

Les mots sont un grand Mystère...

 

Mireille PEREZ

_______________________

 

Jeu de mots
Venez jouer avec les mots,
venez les mots dire,
les dire à mots couverts, les prendre au mot, 
les lire , les écrire, les chanter et même les contredire.
Un lapsus, ils délirent, 
de travers, ils sont penauds, 
à l'envers, c'est rigolo. 
Que dire des non-dits qui vivent en catimini, 
ceux qu'on n’a jamais pu dire de peur de les flétrir. 
Mais qu'ils soient petits ou gros, 
venez jouer avec les mots, 
quitte à avoir des mots, 
ayez enfin le dernier mot.

 

Chantal PICAUT

_________________________________________

 

Vive le mot mais quel mot ?

 

Un seul mot aujourd'hui : Charlie !
Pour ne rien oublier, mais aussi pour résister,
Pour lutter contre l'ignominie.

Des intégristes, des endoctrinés,
Contre la liberté, un massacre, ont réalisé.
Des armes de guerre ont utilisé.

Pour faire taire des crayons, des dessins,
Pour tuer les rois de l'humour,
Les princes du jeu de mots.

Un seul mot aujourd'hui,
Pour que continue la vie.
Vive le mot, vive Charlie !

 

Annabelle PIELOT

____________________________

 

Qui ne dit mot

 

Vive le mot qui aime ôter, ou rajouter,

le mot d'auteur, le mot passant,

le mot qui fuit entre les dents,

criant quelques vérités.

 

Vive le mot qui marche, le mocassin,

le mot des moines, le monastère,

sous toutes ses formes quel tracassin,

de belles lettres qui prennent l'air.

 

Vive le mot, porté par les vents,

le mot de liberté, par tous les temps

étendard du dialogue aux douces notes,

le mot amour, chaude redingote.

 

Vive le mot de la fin,

trois lettres comme un refrain,

M.O.T., un petit bout d'alphabet.

 

Jean PIET

___________________________________

 

   ÉMOI DE MOTS

 

J’aime les mots nippons au goût de cerisiers

Et les marocains qui embaument la cannelle ;

Ils laissent percevoir la terre originelle

Qui les a fait naître, volcans ou arganiers.

 

J’aime les mots, à peine éclos, balbutiés,

Qui, simples, disent les peines existentielles,

Plus que les précieuses métaphores plurielles

Exaltant les bonheurs dans un style pompier.

 

Qu’est-ce qu’un mot somme toute ? Une petite âme

Pleine de sens, de sons, jouant un psychodrame !

Choisir le bon mot n’est pas un mince labeur !

 

Il faut être artiste, musicien, poétesse

Pour que le concert des mots en apesanteur

S’unisse aux voies célestes, procurant l’ivresse.

 

Florence RICARD

_________________________________

 

Le mot

Sur la langue, mais au bout,

Quand la mémoire a des trous...

 

Ecorché, il interloque.

Juste, il est toujours ad hoc.

 

Pour en dire deux, fâché,

Il ne faut pas les mâcher.

 

Tendre et doux, pour ma chérie,

Sont bleus, en cajolerie.

 

De passe, d'un grippe-sou:

Combien?!!! Sens dessus dessous...

 

Narrer, en deux, raccourcit;

En un, est-ce plus concis?

 

Celui de la fin, achève.

Avoir le dernier, j'en rêve.

 

Joseph ROUGER

____________________________

 

Avoir des mots ! Qui n’en a pas ?

Des mots de ci, des mots de là,

Y’en a des tas et de partout :

Des mots de passe et des mots doux ;

jusqu’au mot clé, tous les mots filent

dans l’air du temps de vains babils.

 

 

Jetés de là, jetés de ci

comme les dés sur un tapis,

les gros mots laids ont leur auteur,

Les mots d’esprit, leur profondeur

Et tous s’enchaînent sur le ton

d’un discours ou d’une chanson

Mais quand le mot de la fin vient,

que d’émotions et de chagrins !

 

Gérard SALERT

_______________________________

 

Vive le mot !

 

 

   Vive le mot, vive le mot
vive le mot d'hiver
d'été ou de toute saison
il s'en va, il s'en vient
quand cela lui plaît...
Si je veux le saisir
comme un papillon, il m'échappe.
Un jour posé au rai du soleil
au drapé d'un foulard
à l'oblique d'un regard
dans la pénombre du silence
emmène avec lui cohorte
une complainte, une musique
pierre posée vers un poème.

 

Christiane SUGNY

_____________________________

 

 

Le goÛt des mots

Les mots sont les saveurs de la vie

 

Il en est de doux, tendres, secrets et sensuels

au goût de rose, de myosotis, de violette et de miel,

d'autres cruels, monstrueux et violents

au goût de colère, de larmes et de sang.

Il en est de joyeux, colorés et ardents,

au goût d'orange, de sel et d'océan.

 

Connus ou inconnus, prononcés ou cachés,

tous s'enlacent, se croisent, se déversent en bouquets,

s'entrechoquent en étincelles sonores dans une bouche

ou se réfugient pêle-mêle sur une page blanche

là où le poète saura les cueillir, les goûter, et les apprivoiser.

 

Marie-Christine THELLIER

_________________________________________________________

 

 

VIVE LE MOT !

 

 Entre deux espaces blancs

On le cherche, on le mange, on l’épelle,

On le tranche, on le tait, on le donne.

Mot à mot.

 

Sur sa ligne, allongé,

A-demi savant, courant croisé,

Latin de passe, juste familier.

Vive le mot !

 

Vive le mohair qui nous tient chaud l’hiver !

Vive le mollet qui accueille nos guêtres !

Vive le mot rose qui fleure bon l’amour !

 

Vive le moment présent,

Qui donne tout, qui ne promet rien,

Qui précède le mot de la fin…

 

Angélique THIAULT
________________________________

 

VIVE LE MOT   !

 

Si le vilain, le gros nuisent à mes propos,

 Le mot juste me plaît auréolé d'humour,

Car parler, s'exprimer sans qu'il ne sonne faux,

  Sans maudire, blesser, serait preuve d'amour …

 

 Lorsqu'il est tendre, doux, mon cœur aime l'entendre.

 S'il voyage à plusieurs, alors je les invite :

J'attends leur visite, car je veux les apprendre,

Chez moi ils trouveront le couvert et le gîte !

 

Ils sont à savourer et si bons à chanter

 - La langue importe peu - pour célébrer la vie,

Les mûrir, les offrir comme des fruits d'été ;

Si vous les partagez, oui, j'en serais ravie !

 

Marie TISSIER

____________________________________

 



Pour commander cliquer ICI


email :